Le devenir des lauréats de la faculté de médecine dentaire de casablanca 2000-2005

Youssef Naji, Bouchra Badre, Chouaib Rifki

Résumé


Une fois diplômé, le lauréat confronté à un système de santé véritablement pluraliste, est amené à choisir entre l’exercice soit dans le secteur privé remarquablement prépondérant, soit dans le secteur public dont le développement connait une nette  expansion ou encore dans le secteur mutualiste [1].

Cependant l’intégration de chacun de ces secteurs reste relative non seulement aux préférences de chaque diplômé mais aussi à un certain nombre de critères et conditions [2].

Le but de ce travail était d'étudier le devenir des lauréats de la faculté de médecine dentaire de Casablanca qui ont obtenu leurs doctorats en médecine dentaire entre 2000 et 2005 de recueillir leurs taux d'insertion dans les différents secteurs de la médecine dentaire.

Les lauréats ont été repérés et le recueil des données a été  fait à l’aide d’un questionnaire.

La majorité des  médecins dentistes interrogés exercent dans le  secteur privé soit (82%) et 2 médecins dentistes  soit (1%) pratiquent une activité autre que la médecine dentaire. 

En ce qui concerne la région d’activité, La région du Grand Casablanca prend le dessus avec un pourcentage de (67.8%) suivie de Souss Massa Daraa avec (19%).

L’étude réalisée tente de dessiner une image la plus complète de cette profession, afin de permettre aux responsables une meilleure organisation de la profession.


Mots-clés


: Lauréats, secteur privé, Casablanca, féminisation

Texte intégral :

PDF