Les nouveaux ressorts de l’industrialisation dans la mondialisation. Le cas du Maroc

Bernard Billaudot, Noureddine El Aoufi

Résumé


Dans cet article, il est fait état de la composante théorique du programme de recherche « Made in Morocco : industrialisation et développement » initié et financé par l’Académie des Sciences et Techniques du Maroc. Elle a pour objet d’analyser les problèmes que rencontre, dans la mondialisation, un pays du Sud qui ne fait pas partie de ceux qui sont qualifés d’émergents (parce qu’ils s’industrialisent dans ce cadre) lorsqu’il se donne pour objectif politique de réaliser un développement qui ne soit pas seulement économique, mais qui soit aussi social et humain La prise en compte de la qualité – celle des produits, celle des processus (donc celle du travail) et celle des emplois – est la caractéristique essentielle de cette composante théorique Le principal concept intermédiaire qu’elle comprend est celui de monde de production. Au regard des analyses classiques en terme de « made in… », il prend la place de celui de secteur.

Mots-clés


développement, politique industrielle, institutions, régulation, conventions, marché, entreprises, qualité, innovation

Texte intégral :

PDF