Qualité institutionnelle et flux des investissements directs étrangers dans les pays africains

Khadija EL ISSAOUI

Résumé


Cet article analyse l’impact de la qualité des institutions sur les flux entrants des IDE entre 2010 et 2017 en utilisant la méthode des moments généralisée (GMM) appliquée à un panel de 54 pays africains (24 pays à faible revenu et 30 pays à revenu intermédiaire). Nos résultats montrent que l’effet de l’indice synthétique de la qualité institutionnelle est plus élevé dans les pays à revenu intermédiaire (3,386) que dans les pays à faible revenu (1,329). En outre, il parait que les indicateurs de gouvernance n’agissent pas de la même manière sur les IDE. Ainsi, l’indice du fardeau de la réglementation (5,263), l’indice de l’efficacité des opérations gouvernementales (3,591) et l’indice de l’expression et de la responsabilisation (2,601) sont des considérations importantes de localisation dans les pays à faible revenu, tandis que dans les pays à revenu intermédiaire, l’indice de la règle de droit (6,689) et la lutte contre la corruption (3,34) sont les plus importantes. Enfin, nous constatons que l’ouverture commerciale, le PIB par tête, la qualité de l’infrastructure et le taux d’inflation ont un impact significatif.


Mots-clés


Flux des IDE ; Indice de la qualité institutionnelle ; Pays africains à revenu faible ; Pays africains à revenu intermédiaire ; GMM

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.34874/IMIST.PRSM/RPE/34796

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.