Structure par terme des taux d’intérêt et anticipations du Policy-mix

Mohsine AIT CHEIKH, Adil MSADY, Driss OUAHID

Résumé


Ce papier s’intéresse à expliquer la formation des anticipations de policy-mix dans la structure par terme des taux d’intérêt et de mettre en exergue la relation entre le déficit budgétaire, la gestion active de la dette publique, la politique d’émission du Trésor et les décisions de politique monétaire. Pour ce faire, nous avons adopté le Modèle AutoRegressive Distributed Lag (ARDL) afin de (i) modéliser la dynamique de court terme et la relation de long terme de la courbe des taux d’intérêt, (ii) d’estimer, sur la période allant de 2004 jusqu’à 2020, la vitesse avec laquelle les obligations souveraines convergent vers leur valeur d’équilibre à long terme et (iii) d’étudier aussi leur comportement vis-à-vis de leurs déterminants.

Il ressort, de nos résultats, que l’effet de la politique monétaire est plus important sur la partie courte de la courbe des taux d’intérêt, alors que le segment long de cette courbe est impacté davantage par les anticipations des investisseurs, le déficit budgétaire et la politique d’émission du Trésor. La partie moyenne de la structure par terme des taux d’intérêt au Maroc, quant à elle, est liée, presque de même degré d’impact, aux anticipations des investisseurs, aux décisions de la politique monétaire et au comportement du Trésor.


Mots-clés


: Structure par terme des taux d’intérêt, politique d’émission du Trésor, ARDL, obligations souveraines, policy-mix, politique monétaire.

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.34874/IMIST.PRSM/RPE/31507

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.