Éducation et mobilité sociale au Maroc Que nous enseignent les données ?

Fouzi Mohamed Mourji, Abdeljaouad Ezzrari, Ibtissam Benayade, Oumaima Sebbah

Résumé


Les recherches sur la mobilité sociale entre les générations ont pour objet de savoir si et comment un individu se déplace sur l’échelle sociale par rapport à ses parents. La mobilité sociale est appréhendée ici à l’aide d’un indicateur : la catégorie socioprofessionnelle (CSP).
Pour un individu donné, le passage à une catégorie socioprofessionnelle «supérieure» à celle de ses parents peut provenir de différents facteurs, notamment l’éducation, ainsi que le capital culturel, économique et social dont il a hérité de ses parents.
L’école est communément admise comme un «ascenseur social». Nous avons de ce fait choisi de décomposer le processus de la mobilité sociale en mobilité scolaire d’une part et en mobilité socioprofessionnelle d’autre part. Nous soutenons en effet l’idée que la mobilité sociale entre les générations passe particulièrement par la mobilité au niveau du capital humain acquis.
Outre une revue des écrits théoriques et méthodologiques, les développements de cet article s’appuient sur les données de l’enquête emploi du Haut-Commissariat au Plan.


Mots-clés


Mobilité sociale; capital humain; catégorie socioprofessionnelle; statut social

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.34874/IMIST.PRSM/refeco-i1.32014

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.