Analyse des tendances et des ruptures d’homogénéité dans les series des facteurs climatiques et de la végétation des forêts sud méditerranéennes. Cas de la suberaie de la Maâmora, Maroc

Abdelkader BANABOU, Said LAARIBYA, Ahmed EL ABOUDI, Said MOUKRIM, Abderrahman AAFI, Aissa CHKHICHEKH, Assmaa ALAOUI

Résumé


Cet article vise à analyser les chroniques des précipitations, températures et NDVI, générées d’images CHRIPS et MODIS, à l’échelle des cantons A, B et C de la Maâmora, en vérifiant si, durant la période 2001-2016, elles ont identifié des tendances et ruptures, et établi des relations de causalité. Les résultats de l’analyse statistique ont permis de (i) distinguer leur hétérogénéité spatiale et variabilité temporelle marquée par des pics, (ii) révéler un retard de deux mois pour reprendre le cycle du NDVI des cantons B et C, affectés par leur état de dégradation, l’allongement et l’accentuation de la sécheresse. Les tests de Mann-Kendall et Pettitt ont montré la présence de tendances et ruptures légèrement différentes selon les paramètres et les espaces, mais concordantes pour le NDVI du canton B caractérisant une chute depuis Mai-2005 (0.456-0.410). Elles joignent des tendances d’accentuation des Tmax d’été et Tmoy d’automne dudit canton ayant le minimum du NDVI et le maximum des précipitations. Soit l’opposé du canton A bénéficiant d’un adoucissement des Tmax repéré dès août-2008 (28.42°C-27.67°C). Il en découle l’absence de causalité explicite entre les facteurs climatiques étudiés et l’évolution du couvert végétal sous déterminisme d’autres pressions anthropozoïques.


Mots-clés


Maroc ; Climat ; NDVI ; CHRIPS, MODIS ; Test de Pettitt ; Test de Mann-Kendall

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.34874/IMIST.PRSM/ted-i1.33629

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.