Analyse du rôle de l’Etat dans le financement des chaînes de valeur agricoles par la Banque Nationale de Développement Economique du Sénégal : Choix entre contrat commercial classique et contrat de partage de production

Auteurs-es

  • Mathurin FOUNANOU Université Gaston Berger de Saint-Louis (Sénégal)

DOI :

https://doi.org/10.48396/IMIST.PRSM/mjeim-v6i2.31952

Mots-clés :

Contrats de partage de production, Contrat commercial, Supervision des facteurs de production, Asymétrie d’information, Modèle Principal-agent, Intégration verticale.

Résumé

Dans cet article, nous analysons l’efficacité des contrats de financement des chaînes de valeur agricoles, utilisés par la Banque Nationale de Développement Economique du Sénégal: le contrat commercial classique et le contrat de partage de production entre l’entreprise de transformation et l’agriculteur. Nous développons un modèle théorique permettant d’analyser les comportements des acteurs en situation de sélection adverse et d’aléa moral, ainsi que le rôle de l’Etat dans le financement de la chaîne de valeur.Nous comparons les effets de deux types de contrats de financementsur les niveaux de profits de l’entreprise, des agriculteurs et de bien-être social. L’analyse montre que la production est toujours plus élevée sous un contrat de partage de production, par conséquent, le profit de l’entreprise de transformation sous un contrat de partage de production est strictement supérieur à son profit sous le contrat commercial classique. Si l’élasticité de substitution entre les facteurs de production est suffisamment faible, le surplus total est plus élevé lorsque l’entreprise de transformation contrôle le capital que lorsque les agriculteurs prennent leurs propres décisions.

Téléchargements

Publié-e

17-04-2022

Numéro

Rubrique

Articles