Le mouvement coopératif féminin dans le milieu rural au Maroc : quelle contribution au développement humain ?

Auteurs-es

  • Bouchra DEBBAGH FSJES- Fès
  • Fatima Zahra YOUSFI FSJES - Fès

DOI :

https://doi.org/10.48396/IMIST.PRSM/mjeim-v5i1.20478

Mots-clés :

Lutte contre la pauvreté, Développement humain, Coopératives féminines, Milieu rural

Résumé

Le concept de développement humain recouvre plusieurs dimensions et constitue un champ de recherche récent. C’est un développement qui assure l’amélioration du bien-être humain, qui ne se résume pas à l'économie et aux
revenus, il prend en compte des facteurs sociaux, culturels, éducatifs et de santé. Au Maroc, la 1ère phase de l’initiative nationale de développement humain (INDH) de 2005 à 2010, a permis de mettre en place une série de
programmes orientés vers la lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale ; mais a permis également de passer d’une phase d’assistanat, à une phase d’émergence et d’essor d’un certain nombre de dynamiques entrepreneuriales. En effet, et depuis cette date, le nombre des coopératives s’est multiplié, et nous constatons aujourd’hui que ce mouvement coopératif joue un rôle essentiel dans la lutte contre la pauvreté et la création
d’emplois en particulier des femmes dans le milieu rural.
L’objectif de cet article est donc de montrer comment les coopératives féminines peuvent constituer un véritable outil de développement humain. Notre problématique s’énonce ainsi : «Dans quelle mesure les coopératives
féminines dans le monde rural peuvent contribuer au développement humain?». Une étude qualitative auprès de trois coopératives féminines dans le milieu rural de la région Fès-Meknès, nous permettra d’illustrer et de répondre à cette dernière question.

Téléchargements

Publié-e

17-04-2020

Numéro

Rubrique

Articles