Le secteur informel au Maroc : un gisement fiscal inexploité

Auteurs-es

  • hanae kerrouch Université Mohamed V-Agdal Faculté des Sciences juridiques, Economiques et Sociales- Rabat
  • Mohamed BOUSSETA

Mots-clés :

secteur informel, pouvoirs publics, fiscalité, compétitivité

Résumé

Dans tous les pays en développement, la question de la fiscalisation du secteur informel est un débat aussi vieux que le secteur lui-même, étant donné que le secteur informel occupe une place très importante dans les économies des pays en développement. Le Maroc, à l’instar de la plupart des pays en développement, est caractérisé par un secteur informel très développé  il prend d’autant plus d’acuité aujourd’hui, que d’une part le pays connaît une dégradation inquiétante des finances publiques, et que d’autre  part, la contribution du secteur informel au PIB a tendance à croître avec la crise , l’Etat tourne son regard sur ce secteur qu’il considère comme un gisement fiscal inexploité et qui échappe largement aux régulations publiques. Il est confronté en cela par les récriminations des groupes d’opérateurs formels, qui se plaignent de la concurrence déloyale.

Téléchargements

Publié-e

20-06-2016

Numéro

Rubrique

Articles