Entrepreneuriat social : origines des pratiques et conceptions théoriques

Auteurs-es

  • Mohamed ZAKRAOUI Université Abdelmalek Essâadi

DOI :

https://doi.org/10.48395/IMIST.PRSM/rek-N23.40240

Mots-clés :

Entrepreneuriat social, Economie Sociale et Solidaire, Innovation sociale

Résumé

Les initiatives entrepreneuriales sociales, quels que soient le contexte dans lequel elles ont vu le jour et leurs soubassements théoriques, opèrent par et pour la communauté. Souvent poussées par les crises financières et économiques à répétition, ces initiatives visent à combler des besoins, de personnes en difficultés, qui ne sont pas solvables sur le marché et délaissés par les services de l’État. Les années 1980, avec les politiques libérales du duo Tatcher et Reagan voulant limiter le rôle de l’État, surtout son rôle social, ont été une période prolifique tant au niveau pratique que théorique pour l’entrepreneuriat social. Néanmoins, ces développements ont pris des trajectoires différentes. Dans l’acception européenne c’est la dominance des principes de l’Économie Sociale et Solidaire qui prévaut, exigeant un minimum de structuration de l’action entrepreneuriale sociale. Les critères développés dans le cadre du projet européen Emergence of European Social Enterprises (EMES) délimitent un cadre d’action économique et sociale pour toute initiative entrepreneuriale sociale. L’acception américaine, quant à elle, est une conception large incluant toute action visant à satisfaire un besoin social, quelle que soit la forme qu’elle prend. En effet, se déclinant en deux école « Social Entreprise » et « Social Innovation », cette acception peut inclure les actions socialement responsables d’une entreprise purement commerciale jusqu’aux initiatives d’une entreprise à vocation exclusivement sociale. En définitive, eu égard aux deux conceptions dominantes, nous pouvons dire que l’entrepreneuriat social est toute action ou processus visant à créer et/ou soutenir une valeur sociale, au profit de ses bénéficiaires, via la mise en œuvre d’innovations, à caractère social, par un ou des entrepreneurs sociaux.

Références

 BROUARD F., S., LARIVET ; O., SAKKA (2010), « Entrepreneuriat social et participation citoyenne », Revue Canadienne de recherche sur les OSBL et l’économie sociale, Vol 1, n°1, Automne 2010, p : 46 – 64.

 Dees J. G., (1998), « The meaning of social entrepreneurship », comments and suggestions contributed from the Social Entrepreneurship Funders Working Group, October 31, 1998

 Dees, J. G.,& B., Battle Anderson, (2006), «Framing a theory of entrepreneurship: Building on two schools of practice and thought», ARNOVA Occasional Paper Series: Research on Social Entrepreneurship: Understanding and Contributing to an Emerging Field, pp. 39-66.

 DEFOURNY J., (2004), « L’émergence du concept d’entreprise sociale », De Boeck Université, Reflets et perspectives de la vie économique, 2004/3 - Tome XLIII.

 Le Velly, R., (2014), «Entrepreneuriat social», Dictionnaire sociologique de l'entrepreneuriat, 2014.

 Mair, J., et I. Martí, (2006).«Social entrepreneurship research: A source of explanation, prediction, and delight»,Journal of World Business, 41(1), 36–44.

 Saadaoui, S. et R., Belgaroui, (2014), « Social entrepreneurship : concept clarification », Economics& Strategic Management of Business Process (ESMB), Vol.2, pp. 36-40, 2014.

 Shane S., et S., Venkataraman, (2000), « The promise of Entrepreneurship as a field of research», Academy of Management Review, 25(1), p. 217-226.

 Weerawardena, J. et G., S., Mort, (2006), «Investigating social entrepreneurship: A multidimensional model», Journal of World Business, 41 (2006).

Téléchargements

Publié-e

19-05-2023

Numéro

Rubrique

Articles