La mise en place des IPSAS au Maroc : une réforme hybride entre isomorphisme mimétique et préservation de l’identité publique

Auteurs-es

  • khalifa AHSINA école nationale de commerce et de gestion
  • Rachid AAYSSI Université Ibn Zohr-Agadir

DOI :

https://doi.org/10.48424/IMIST.PRSM/ram-v1i7.32676

Mots-clés :

IPSAS, Comptabilité publique, loi organique de finance, Code général de normalisation comptable, Maroc

Résumé

Les normes comptables internationales (IPSAS) ont été appliquées au Maroc depuis 2012. En effet, c’est le premier pays arabe et le troisième au niveau de l’Afrique, à avoir adhéré en 2012 au conseil des normes comptables internationales du secteur public.

L’adoption des IPSAS qui a transposé celles-ci dans les Normes comptables nationales s’est faite par mimétisme. En effet, la diffusion des IPSAS à l’échelle mondiale peut s’expliquer par la théorie néo-institutionnelle (DiMaggio et Powell, 1983).

Plusieurs travaux sur les IPSAS ont été réalisés notamment dans plusieurs pays,  en Asie du sud (Adhikari et Mellemvik, 2010) ; en Suisse (Bergmann, 2012) ; en Colombie (Gomez et Montesinos, 2012); en Jordanie (Alsharari, N.M.H,2013),et en Australie ( Newberry S (2014). etc.

Or, ce champ de recherche au Maroc est caractérisé par une quasi-absence des recherches qui le traite, à l’exception de quelques articles, l’étude qualitative alors se révèle la plus appropriée à notre étude.

Les résultats obtenus montrent que la modernisation de la comptabilité est liée aux phénomènes institutionnels et en particulier que des phénomènes d’isomorphisme normatif, mimétique et la dépendance des ressources ont été déterminants dans l’élaboration et l’adoption du référentiel comptable.

Biographie de l'auteur-e

Rachid AAYSSI, Université Ibn Zohr-Agadir

Gestion

Téléchargements

Publié-e

07-07-2022

Numéro

Rubrique

Articles