Agression sexuelle et état de stress post-traumatique

M. Kadiri, A. Belhachmi, S. Gassim, J. Mehssani, M.Z. Bichra

Résumé


Introduction : L’agression sexuelle est une atteinte à l’intégrité physique et psychologique de la victime. Elle est qualifiée d’inceste quand elle est intrafamiliale. L’état de stress post-traumatique est une réaction psychologique qui peut en être conséquente.

Cas clinique : Mr B. Nabil âgé de 25 ans a été hospitalisé en psychiatrie pour un syndrome dépressif. A l’âge de 6 ans, son grand frère l’a agressé sexuellement. L’enfant se réfugia dans le silence et présenta des troubles qui ont régressé spontanément quelques semaines plus tard. Son adolescence fut marquée par une instabilité relationnelle, une impulsivité manifeste et une tendance à la consommation de toxiques. A l’âge adulte, il s’engagea dans l’armée où il a pu s’adapter difficilement jusqu’à la survenue d’un incident (des avances sexuelles par un camarade) qui réactiva ses souvenirs douloureux. Il présenta un état de stress post traumatique compliqué d’un trouble dépressif et décida de briser le silence en se portant consultant en psychiatrie.

Discussion : L’état de stress post traumatique et la dépression sont des conséquences psychologiques des agressions sexuelles. Le processus de révélation est long, complexe et douloureux. Une prise en charge multidisciplinaire a permis au patient de surmonter la honte, la culpabilité et la peur et à gérer des souvenirs pénibles et envahissants.

Conclusion : L’état de stress post-traumatique peut perdurer pendant plusieurs années en l’absence de traitement. Une prise en charge précoce, adaptée et multidisciplinaire permet d’améliorer son pronostic.


Mots-clés


Agression sexuelle ; inceste, état de stress post-traumatique, dépression.

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48408/IMIST.PRSM/mm-v34i3.1773

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.