Face et interface : la politesse chinoise, les termes de parenté et la conscience interculturelle

Junji GONG, Joël BELLASSEN

Résumé


Les termes d’adresse utilisés au sein de la famille sont un des schémas les plus complexes de la langue chinoise, en raison de la dissymétrie qu’ils entretiennent avec une langue telle que le français ou l’anglais. Leur rôle dans les stratégies de face et de politesse en font un enjeu spécifique dans l’apprentissage du chinois langue seconde, et plus généralement dans l’interaction sociale, dans la perspective, pour un individu de « préserver sa face et celle de ses partenaires » (E. Goffman, 1974). Intervient notamment dans le « face work » (Brown et Levinson, 1987) avec une coloration culturelle forte qui puise son essence dans les notions confucéennes de rites (li). Les actes menaçants et flatteurs pour la face de l’autre sont au demeurant culturellement variables et spécifiques (Béal, 1998).

L’origine de la politesse chinoise se confond avec l’institution de la notion de rites, valeur fondatrice de la pensée confucéenne, telle qu’on la retrouve dans le Liji, « Mémoire sur les rites » ou dans les Cinq relations qui régissent les relations interhumaines dans la tradition confucéenne. Tout se passe comme si, dans une société sans Dieu, tout le poids de la hiérarchie et de l’obéissance était reporté sur les différentes relations entre humains. Et les termes de parenté, malgré des changements linguistiques au plan diachronique, s’imprègnent encore largement de la politesse chinoise traditionnelle et du principe du li qui l’anime.

Le propos final de l’article est de dessiner les grandes lignes d’un questionnement relatif à la politesse sous l’angle didactique, pragmatique, interculturel, afin de restituer à l’acquisition des termes de politesse toute son importance et sa complexité, et à la politesse chinoise son état évolutif, loin de toute approche essentialiste figée, à travers l’impact du cyberlangage sur l’usage des termes de parenté et de politesse, dans un contexte de mobilité où se croisent au prisme de l’interface interculturelle les stratégies de politesse.


Mots-clés


la politesse chinoise, les termes de parenté, la conscience intercurelle

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48384/IMIST.PRSM/lcs-v2i2.7644