Analyse contrastive des pronoms d’adresse malgaches et français Quelles pistes pour la didactique ?

Louise OUVRARD

Résumé


L’expression de la politesse relève d’un système élaboré, spécifique à chaque langue et donc à chaque culture.

La politesse peut s’exprimer au travers de comportements non verbaux mais également de stratégies linguistiques. Ces dernières sont nombreuses et comprennent par exemple l’expression de compliments, les témoignages d’empathie, l’usage de formules de politesse. Elles s’expriment lors des salutations, président au choix de la forme d’adresse pronominale choisie pour désigner l’Autre.

C’est sur ces dernières que portera notre communication.
Tandis qu’en français les pronoms personnels de la deuxième personne se répartissent de façon binaire autour d’un axe se référant à l’intimité plus ou moins grande qu’Ego entretient avec l’Autre, la langue malgache est beaucoup plus riche. Dans cette langue en effet, les locuteurs disposent d’une gamme très étendue de pronoms personnels de la deuxième personne. Le choix n’est donc pas uniquement fonction de l’intimité mais prend également en compte le sexe, l’âge, le registre de langue par exemple. / les critères de choix n’étant pas uniquement fonction . Entrent également en ligne de compte le sexe ou l’âge par exemple.

 

Ainsi, les deux systèmes linguistiques, fondés sur des représentations culturelles différentes ne se superposant pas, l’apprentissage du malgache par un locuteur français ne pourra se résumer à un simple travail de mémorisation mais requerra un nécessaire travail d’imprégnation et de compréhension culturelles.


Mots-clés


politesse ; malgache ; pronom d'adresse ; vouvoiement ; tutoiement

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48384/IMIST.PRSM/lcs-v2i2.7638