Le plurilinguisme et l’enseignement des matières de spécialité à l’université : le cas du technolecte mathématique

Zohra TERRADA, Malika BAHMAD

Résumé


Au niveau éducatif, le plurilinguisme caractéristique du Maroc constitue une richesse linguistique susceptible d’accroitre les compétences langagières des étudiants marocains. Mais en réalité, il représente une source de difficultés engendrées par le dysfonctionnement des politiques linguistiques poursuivies. En effet, le pays a connu, depuis l’indépendance plusieurs réformes touchant, entre autres, la langue d’enseignement des matières scientifiques. L’enseignement des disciplines scientifiques au supérieur est dispensé en français, alors qu’il est arabisé au cycle secondaire, ce qui crée un hiatus linguistique entre les deux cycles mettant les étudiants nouvellement inscrits à l’université en situation d’échec.

L’étude du technolecte mathématique, sur lequel porte cette contribution, pourrait, à notre sens, non seulement aider les étudiants de la filière « Science des Mathématiques Appliquées » (SMA) à accéder au sens et à construire leur connaissance, mais aussi optimiser l’apprentissage de la langue française en tant que langue d’enseignement. Dans le contexte marocain connu par son multilinguisme et son pluriculturalisme, cette acquisition langagière constitue une valeur ajouter à l’employabilité des lauréats des facultés des sciences et contribue par là-même  au développement économique du pays dans un monde de plus en plus ouvert sur la diversité et sur le libre-échange.


Mots-clés


plurilinguisme, mathématiques, technolecte, FOS, didactique, référentiel de compétence

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48384/IMIST.PRSM/lcs-v1i2.10500