Le syndrome d’apnée de sommeil est-il un facteur de risque des occlusions veineuses rétiniennes ?

Fz. OUALI, A. Siati, Y. Hidan, S. Bouziane, A. Mchachi, L. Benhmidoun, R. Rachid, M. El Belhadji

Résumé


Introduction : L’apnée du sommeil (SAS) est un syndrome fréquent mais très souvent méconnu. C’est une pathologie qu'il faut savoir reconnaître et traiter à temps, non seulement en raison du danger que court le malade sur le plan cardio-respiratoire mais aussi du fait des répercussions neuropsychiatriques, sociales et professionnelles.

En raison de plusieurs observations personnelles en pratique clinique, nous avons suspecté un lien entre le SAS et la prévalence des occlusions veineuses rétiniennes (OVR).

Observation : Nous avons sélectionné 4 observations de patients ayant présenté une OVR et qui nous a amené à découvrir un SAS. Ces patients font partie d’une étude prospective en cours de réalisation, ayant atteint 30 patients à ce jour, atteints d’OVR

Discussion : Le SAS est une obstruction complète ou partielle des voies respiratoires supérieures durant le sommeil, entrainant des séquences de désaturation et de réoxygénation susceptibles de stresser le système cardiovasculaire. Il a été décrit que la survenue des OVCR est en corrélation directe avec une diminution de la saturation veineuse en oxygène, laquelle va entrainer une vasodilatation et aggraver le ralentissement circulatoire, par l’augmentation de la pression intrathoracique et intracrânienne qui retentit mécaniquement sur le nerf optique. De ce fait les effets directs et indirects, locaux et généraux, de l’apnée du sommeil, pourraient expliquer la survenue ainsi que l’aggravation du tableau clinique des OVR.

Conclusion : Nous avons rapporté, l’association du SAS et de l’OVR. L’étude de la physiopathologie suggère que le SAS constitue un facteur de risque supplémentaire d’OVR ou au minimum un facteur d’aggravation. Par conséquent, il nous semble intéressant de procéder au dépistage du SAS chez les patients présentant une OVR.


Mots-clés


Occlusions veineuses rétiniennes; Syndrome d’apnée de sommeil; facteurs de risques; mécanismes physiopathologiques.

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48400/IMIST.PRSM/JSMO/18369