DÉFICIT BUDGETAIRE ET CROISSANCE ECONOMIQUE AU MAROC (1970 – 2018) Une approche par la modélisation ARDL

El Mostafa HETTABI

Résumé


Cet article analyse, dans un modèle autorégressif à retards distribués (ARDL), l’impact du déficit budgétaire sur la croissance économique au Maroc durant la période 1970-2018, en intégrant d’autres variables jugées, théoriquement, d’une portée explicative importante.  L’analyse effectuée montre  que les relations de court terme et de cointégration retrouvées,  présentent un effet négatif du déficit budgétaire à court terme et un effet non significatif à long terme sur la croissance économique. De même le crédit au secteur privé, dans cette période, semble maintenir un effet négatif sur la croissance du PIB dans les deux horizons.

 


Mots-clés


Croissance économique, Déficit Budgétaire, Cointégration, Modèle ARDL.

Texte intégral :

PDF

Références


ALESINA A., ARDAGNA S., PEROTTI R., SCHIANTARELLI F. (2002) Fiscal Policy, Profits, and Investment, American Economic Review, 92, 571-589.

ALESINA A., ARDAGNA S. (1998) Tales of Fiscal Contractions, Economic Policy, 27, 487-545.

ALESINA A., PEROTTI R. (1995) Fiscal Expansions and Adjustments in OECD Countries, Economic Policy, 21, 205-248.

ARCAND J.-L., BERKES E. et PANIZZA U. (2015a), « Too Much Finance? », Journal of Economic Growth, vol. 20, pp. 105-148.

Barro R. (1990), « Government Spending in a Simple Model of Economic Growth », Journal of Political Economy 98, S103-S125.

BERTOLA G., DRAZEN A. (1993) Trigger Points and Budget Cuts: Explaining the Effects of Fiscal Austerity, American Economic Review, 83,1, 11-26.

BLANCHARD O. (1990) Comment, NBER Macroeconomics Annual 5, 111-116.

BLEANEY M. F., GEMMELL N., KNELLER R. (2001) Testing the Endogenous Growth Model: Public Expenditure, Taxation and Growth over the Long-Run, Canadian Journal of Economics, 34 (1), 36-57.

BOUSTANIFAR H., GRANT E. et RESHEF A. (2017), « Wages and Human Capital in Finance: International Evidence 1970-2011 », Federal Reserve Bank of Dallas, Document de travail, n° 266.

COUR P., DUBOIS E., MAHFOUZ S., PISANY-FERRY J. (1996) Quel est le coût des ajustements budgétaires ?, Économie internationale, n° 68, 4e trimestre, 7-28.

CREEL J., DUCOUDRE B., MATHIEU C., STERDYNIAK H. (2005) Doit-on oublier la politique budgétaire ? Une analyse critique de la nouvelle théorie antikeynésienne des finances publiques, Revue de l'OFCE, 92, 43-97.

EASTERLY W. et REBELO S. (1993), « Fiscal Policy and Economic Growth : An Empirical Investigation », Journal of Monetary Economics, 32(3), 417-58.

El HIRI Abderrazak, les déficits budgétaires au Maroc, L’Harmattan, 2018.

FELDSTEIN M. (1982) Government Deficits and Aggregate Demand, Journal of Monetary Economics 9, 1-20.

FISHER I. (1993), « The Debt-Deflation Theory of Great Depressions, Economica, octobre

GIAVAZZI F., PAGANO M. (1990) Can Severe Fiscal Contractions Be Expansionary? Tales of Two Small European Countries, NBER Macroeconomic Annual 5, 75-111.

GIUDICE G., TURRINI A. (2007) Non-Keynesian Fiscal Adjustments? A Close Look at Expansionary Fiscal Consolidations in the EU, Open Economies Review 18(5), 613-630.

IGAN D., MISHRA P. et TRESSEL T. (2011), « A Fistful of Dollars: Lobbying and the Financial Crisis », National Bureau of Economic Research, NBER Macroeconomics Annual 2011, vol. 26.

JOHNSON S. (2009) « The Quiet Coup », The Atlantic, mai.

KUMAR M., WOO J. (2010) Public Debt and Growth, IMF Working Paper 10/174.

MAYANDY KESAVARAJAH, « Growth Effects of fiscal Deficits in Sri Lanka », Central Bank of Sri Lanka, Staff Studies, Volume 47 n°1, pp.47-68.

MINEA A., VILLIEU P. (2009), « Investissement public et effets non linéaires des déficits budgétaires », Recherches Economiques de Louvain 3, 281-311.


Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.