La politique monétaire conventionnelle : quelle efficacité de la baisse du taux directeur pour le cas du Maroc ?

Driss MAFAMANE, Abdelhakim QACHAR

Résumé


Les banques centrales disposent d’outils conventionnels tels les réserves obligatoires, le taux d’intérêt directeur. Mais, il faut savoir qu’avec un taux d’intérêt nominal proche de zéro, ces outils se sont révélés insuffisants sinon inopérants. À l’instar de ces banques, Bank Al-Maghrib (BAM) a fait appel à ces outils afin d’assurer la stabilité des prix. Dans cette perspective, étant donné qu’elle a déjà réduit au minimum le taux de la réserve monétaire qui est passé de 8 % à 2 % depuis mars 2014, il ne restait dans son arsenal d’instruments conventionnels que le taux directeur qu’elle a revu à la baisse, passant de 3 % à 2,5 %. La question fondamentale qui se pose est celle de savoir pourquoi la réduction du taux directeur pour laquelle a opté BAM n’a pas atteint les résultats escomptés, en particulier la baisse du coût des crédits dans une perspective de relance économique ?

Mots-clés


Politique monétaire; Banque centrale; mesures conventionnelles et non conventionnelles; taux directeur.

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48398/IMIST.PRSM/jemed-v1i1.13120

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




E-ISSN : 2605-6461

La direction de la revue n'assume aucune responsabilité concernant le plagiat