Le Statut du Français au Maroc Face à l’Hégémonie de l’Anglais: Attitudes des apprenants envers le Français et l’Anglais

Asma Nifaoui

Abstract


Depuis l’indépendance du Maroc en 1956, l’Etat a entrepris une série de réformes linguistiques pour relever les défis auxquels sont confrontés les différents domaines clés de la société dont le système éducatif représente la priorité des responsables de l’éducation. Trois langues étrangères (le français, l’anglais, l’espagnol) se partagent l’enseignement des langues au Maroc. Le français a longtemps jouit d’une place privilégiée au sein de la société marocaine comme langue d’ascension sociale, de modernisme et de prestige malgré son statut indéterminé jusqu'à présent. Cependant, la langue française risquerait de perdre cette position, hautement placée, au profit de l’anglais devenu la « lingua franca » sur le plan international et aux yeux de la nouvelle génération au Maroc. Dans cette étude, il sera question  de proposer une analyse détaillée qui met en exergue les  caractéristiques faisant du français première langue étrangère et les enjeux qui peuvent menacer ou déstabiliser le maintient de ce statut en présence de l’anglais comme  deuxième langue étrangère.  Les résultats obtenus de l’enquête menée auprès des lycéens marocains ont clairement révélé des attitudes positives  envers l’apprentissage de l’anglais contre une démotivation enregistrée à  l’égard du français. Certes les élèves portent un regard positif sur les français et les communautés francophones mais la maitrise de l’anglais, pour eux, est devenue une nécessité, sinon une obligation vu sa dominance grandissante dans le monde des affaires, le marché du travail et un atout pour s’ouvrir sur l’international toutes activités confondues.   


Keywords


le statut du français au Maroc, l’hégémonie de l’anglais, attitudes envers le français, attitudes envers le français l’anglais

Full Text:

PDF




Print ISSN : 2605-7506

Online ISSN : 2605-7697

The views expressed in JALCS do not necessarily reflect those of the “Applied Language and Culture Studies Laboratory”