À propos de cette revue

   
International Social Sciences and Management Journal (ISSM) est une revue scientifique internationale à accès libre, spécialisée dans les sciences sociales et le management, et gérée par l’Observatoire des Transformations Sociales. L’ISSM se distingue par sa portée internationale et son caractère pluridisciplinaire dans une perspective épistémologique critique et innovante ayant pour principal objectif la contribution aux efforts de renouvellement du cadre paradigmatique et théorique des sciences sociales. Elle s’adresse à un public large composé d’universitaires, de chercheurs et de jeunes chercheurs. Les articles soumis sont évalués par un comité de lecture scientifique qui valide notamment l’originalité et la contribution scientifique des travaux de recherche proposés. La revue est trimestrielle avec un appel à publication permanent, et est ouverte à des contributions en langue française ou anglaise. 

Annonces

Parution du numéro spécial 07 / 2024 : L'avenir des syndicats

23-03-2024

A travers le monde, le syndicalisme se présente sous des formes les plus diverses. Pour autant, les organisations syndicales ont en commun de constituer des associations qui mettent au premier plan la défense des intérêts de leurs membres et, plus particulièrement, depuis le milieu du XIXème siècle, des intérêts professionnels et, plus étroitement encore, des intérêts des salariés. A travers l’action collective déployée par les syndicats, il s’agit aussi de construire le rapport salariés / employeurs, de favoriser le dialogue social entre eux, dans la perspective d’une plus grande justice sociale. Ces objectifs sont d’autant plus complexes à atteindre que, compte tenu des transformations de l’économie, de la globalisation, de l’évolution des rapports nord/sud, les formes de salariat se sont métamorphosées, de nouvelles catégories de travailleurs ont émergé, la précarité des conditions de travail est loin de reculer, l’économie informelle prospère dans de nombreux pays du monde.

Les syndicats sont interpellés par le changement des structures de production mais aussi par les nouvelles dynamiques d’action et de mobilisation collectives. Les valeurs syndicales se renouvellent pour dessiner de nouveaux modes d’engagement et de militantisme syndical. Quant à l’acteur syndical, il est constamment amené à construire, sinon à bricoler des cadres référentiels nouveaux, où les frontières entre l’« individu » et le « groupe » entre le « je » et le « nous » sont constamment redéfinies pour entretenir une posture et un discours en quête de légitimité.

En lire davantage à propos de Parution du numéro spécial 07 / 2024 : L'avenir des syndicats

Numéro courant

Vol. 3 No. 7 (2024): L'avenir des syndicats
					Afficher Vol. 3 No. 7 (2024): L'avenir des syndicats

A travers le monde, le syndicalisme se présente sous des formes les plus diverses. Pour autant, les organisations syndicales ont en commun de constituer des associations qui mettent au premier plan la défense des intérêts de leurs membres et, plus particulièrement, depuis le milieu du XIXème siècle, des intérêts professionnels et, plus étroitement encore, des intérêts des salariés. A travers l’action collective déployée par les syndicats, il s’agit aussi de construire le rapport salariés / employeurs, de favoriser le dialogue social entre eux, dans la perspective d’une plus grande justice sociale. Ces objectifs sont d’autant plus complexes à atteindre que, compte tenu des transformations de l’économie, de la globalisation, de l’évolution des rapports nord/sud, les formes de salariat se sont métamorphosées, de nouvelles catégories de travailleurs ont émergé, la précarité des conditions de travail est loin de reculer, l’économie informelle prospère dans de nombreux pays du monde.

Les syndicats sont interpellés par le changement des structures de production mais aussi par les nouvelles dynamiques d’action et de mobilisation collectives. Les valeurs syndicales se renouvellent pour dessiner de nouveaux modes d’engagement et de militantisme syndical. Quant à l’acteur syndical, il est constamment amené à construire, sinon à bricoler des cadres référentiels nouveaux, où les frontières entre l’« individu » et le « groupe » entre le « je » et le « nous » sont constamment redéfinies pour entretenir une posture et un discours en quête de légitimité.

Publié-e: 11-03-2024

Numéro complet

Voir tous les numéros