Tourisme et modernité, la villégiature à Cabo Negro Village Vacances d’Élie Azagury 1964-1975

Auteurs-es

  • Tifawt Loudaoui ENSA - Marseille

DOI :

https://doi.org/10.48343/IMIST.PRSM/geodev-v8.22725

Mots-clés :

Modernité, Tourisme, Méditerranée, côte tétouanaise, Cabo Negro, XXème siècle, Village Vacances, Azagury

Résumé

L’avènement du tourisme pour le plus grand nombre au lendemain de l’indépendance au Maroc va de pair avec l’émergence de nombreuses constructions balnéaires durant la seconde moitié du XXème siècle. Prisée par les vacanciers étrangers puis par les estivants marocains, la côte tétouanaise a été considérablement impactée par cette mutation sociale. 

Elie Azagury (1918-2009) a été témoin et acteur de la naissance de la station balnéaire Cabo Negro lors des années 60. C’est à lui qu’a été confié le plan d’aménagement du premier village de vacances sur le littoral de Tétouan en 1964. L’architecte s’est engagé dans deux résidences touristiques à Cabo Negro et une troisième à M’diq. Ces projets devaient faire à la fois, du tourisme de masse, le moteur de développement du pays, et de l’architecture, l’image moderne que veut incarner le jeune état indépendant.

Les Villages Vacances d’Élie Azagury, sujet d'étude de notre recherche, constituent un échantillon de projets exploitable à deux titres. D’abord, il nous permet d’aborder les premiers aménagements touristiques sur la côte tétouanaise lors des années 1960 et 1970, à l’initiative de la politique postcoloniale. Cet essai d’inventaire nous permet, dans un deuxième lieu, de diriger la réflexion vers le projet de la Société Africaine de Tourisme, pour démonter les valeurs de transferts des références réinterprétées par Élie Azagury et replacer l’œuvre dans le contexte international de sa création.

Biographie de l'auteur-e

Tifawt Loudaoui, ENSA - Marseille

Téléchargements

Publié-e

14-09-2020

Numéro

Rubrique

Chercheurs juniors