Contribution de la bonne gouvernance au bien-être en Afrique : Cas du Cameroun

Auteurs-es

  • Gilles Brice M’BAKOB Docteur des sciences économiques université de Douala
  • Isabelle MAMGAING TALOM Docteur des sciences économiques, université de Dschang, Cameroun

Mots-clés :

Gouvernance, Bien-être, Croissance économique, ARDL

Résumé

L’Afrique est entrain de gravir une pente difficile en proie à beaucoup de maux qui viennent modifier la façon de vivre de ses habitants. La qualité de vie qui leurs est offerte ne les plait pas au regard du nombre croissant des révoltes, des grèves et des réclamations populaires.  La bonne et joyeuse vie est ainsi devenue une denrée rare, pourtant dans un contexte de croissance économique. Le Cameroun pris isolément n’échappe pas à la sécheresse de la bonne qualité de vie comme en témoigne son indice « vivre mieux ». La bonne gouvernance ne serait-elle pas le messie qui permettra aux camerounais d’accéder au bonheur ? Telle est notre question de recherche. Apres une construction d’un indice composite de gouvernance et de bien-être, nous modélisons grâce à l’ARDL la relation de long terme qui puisse exister entre les deux, tout en prenant en compte la croissance économique. Les résultats de l’estimation montrent que la croissance économique n’a guère d’effet sur le bien être des camerounais à cause de sa répartition inégale. La bonne gouvernance est l’expression que doivent adopter le gouvernement comme crédo. En effet, elle a un effet positif et très significatif sur le bien-être. Par conséquent, l’Etat devra veiller à la promotion du bien-être à la fois matériel et psychosocial, la réduction des inégalités étant la première étape.

Téléchargements

Publié-e

02-05-2023

Numéro

Rubrique

EDITORIAL