Connaissances, Attitudes Et Pratiques du personnel de santé de première ligne en matière d’épilepsie, A Bangui, (Centrafrique)

Pascal Mbelesso, Vincent de Paul Sénékian, Emmanuel Yangatimbi, André Tabo, Julien Iya

Résumé


Introduction :

L’épilepsie est une maladie neurologique chronique, universelle et très fréquente, qui touche plus de 50 millions de personnes dans le monde. Si dans les pays développés, les professionnels de la santé sont mieux outillés pour faire face à cette affection, en Afrique et en République Centrafricaine en particulier plusieurs obstacles limitent l’accès des épileptiques aux soins les plus élémentaires.

Participants et méthodes :

Les auteurs rapportent les résultats d’une étude transversale prospective effectuée chez les personnels de santé de première ligne exerçant dans les hôpitaux et les centres de santé de la ville de Bangui.

Résultats :

Trois cent cinquante questionnaires ont été remis aux professionnels de santé, mais 200 sujets ont répondu. Leur âge moyen était de 44 ans. 57,9 % avaient une ancienneté supérieure à dix ans dans l’exercice de la profession. 61,5 % avaient reçu une formation sur l’épilepsie au cours de leur cursus.

10,6 % considéraient l’épilepsie comme une maladie mystique et 50,0 % la considéraient comme une maladie neurologique. 7,9 % l’attribuaient aux mauvais esprits. 88,5 % connaissaient uniquement la crise tonico-clonique généralisée. Seuls 6,4 % ont parlé des crises partielles et 11,2 % des absences. 67,1 % croyaient que c’est une maladie contagieuse qui pouvait se transmettre par la salive (68,1%) ou par la morsure du patient (19,2 %). 53,1 % ne savaient pas avec quel moyen on pouvaient faire le diagnostic de la maladie. 25,2 % estimaient qu’ils pouvaient traiter l’épilepsie, 57,7 % pensaient qu’il fallait orienter au spécialiste. 50,0 % des répondants étaient en faveur d’un traitement médical de l’épilepsie, alors que 32,3 % pensaient que le traitement relevait de la médecine traditionnelle.

Conclusion :

Cette étude démontre une insuffisance de connaissance une du personnel de santé de première ligne en matière d’épilepsie. D’où la nécessité de la mise en place d’un dispositif cohérent d’accueil et de prise en charge des patients pour sortir l’épilepsie de l’ombre et améliorer l’accès des épileptiques aux soins de qualité.


Mots-clés


Epilepsie- Professionnels de santé- Bangui- République Centrafricaine- Afrique intertropicale.

Texte intégral :

PDF




ISSN Print : 2550-4215