L’épilepsie en Guinée-Conakry, réalités et perspectives

Ibrahima Francois Camara

Résumé


Résumé :

En Guinee-conakry, comme dans la plupart des régions en développement, l’épilepsie est sans doute l’affection neurologique non transmissible et invalidante la plus fréquente. Selon L’OMS l’épilepsie touche plus de 50 millions de personnes dans le monde dont 30 millions dans la région asiatique et 10 millions en Afrique y compris en Guinee-conakry.

En Guinee-conakry, l’épilepsie ne figure pas parmi les priorités de soins de santé primaire et médicaments essentiels.

La prise en charge des malades, est difficile à cause de nombreux facteurs :

Malgré ces efforts nous avons environs 15 neurologues formés, ce qui constitue un ratio insuffisant de 850.000 personnes pour un neurologue ; cependant ce personnel est concentré au niveau de la capitale Conakry ; alors que la norme de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) est d'un neurologue pour 50.000 habitants.

En Guinee-conakry si certaines croyances comme l’incurabilité et la contagiosité, responsables de l’exclusion scolaire et de l’interdiction au mariage des épileptiques sont toujours fortes ; des considérations comme l’origine surnaturelle ou des mauvais sort, avec comme conséquence, la stigmatisation, la discrimination et l’exclusion des patients épileptiques.


Mots-clés


: Epilepsie- Réalités- Exclusion- Perspectives-Traitement

Texte intégral :

sans titre PDF




ISSN Print : 2550-4215