Capital humain et attractivité des investissements directs étrangers : Une exploration dans le contexte marocain

Abderrazak EL HIRI, Maryem EL ACHABI

Résumé


Le Maroc s'est engagé ces dernières décennies à l'amélioration et au développement du capital humain en vue de promouvoir l’attractivité des fonds étrangers. Il essaye d'offrir un environnement plus propice aux firmes multinationales, notamment celles dont l'activité est intensive en technologie, car ces firmes ont tendance à s'implanter dans des pays d’accueil bien dotés d’un capital humain de hautes compétences.

 

Cet article a pour objet de répondre à la question suivante : Dans quelle mesure le capital humain peut être un catalyseur d’attractivité des investissements directs étrangers par le Maroc ?

 

Pour répondre à cette question, nous allons procéder à une étude économétrique basée sur des séries chronologiques par le modèle à correction d'erreur (ECM) sur la période 1990-2019.

 

Les résultats montrent que, sur le long-terme, les mesures de capital humain attirent de manière significative les IDE sauf le taux brut de scolarisation au primaire s’avère non significatif. En effet, le taux brut de scolarisation à l'enseignement secondaire affiche le signe négatif, et le taux brut de scolarisation à l'enseignement supérieur agit positivement sur les IDE. Concernant les variables de contrôle, le PIB apparait significatif, et affecte positivement l’afflux des IDE, alors que l’infrastructure est significative avec un signe négatif.


Mots-clés


Investissement direct étranger ; Capital humain ; Indice de développement humain ; Cointégration ; Modèle à correction d’erreur

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48374/IMIST.PRSM/ame-v4i2.32224

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.