L’intelligence émotionnelle et la performance au travail

Souzan BENTALEB, Khalid LIMAMY

Résumé


Selon Morin « Le travail est avant tout une activité par laquelle une personne s’insère dans le monde, exerce ses talents, se définit, actualise son potentiel et crée de la valeur qui lui donne en retour un sentiment d’accomplissement et d’efficacité personnelle » (Achte, Delaflore, Fabre, Magny, & Songeur, 2010).

 

A l’époque de la révolution industrielle, avant que les recherches prouvent l’importance des émotions dans l’activité cognitive, ces dernières étaient exclues du milieu de travail car elles étaient jugées comme non productives. Dans les années 1970 et 1980, la connaissance émotionnelle était indispensable dans la compréhension des relations humaines. Par la suite, plusieurs chercheurs comme Damasio 1994 et Goleman 1995 ont publié des ouvrages sur le rôle des émotions dans les relations et les actions humaines. Et c’était la feuille route de nombreuses recherches et ouvrages sur l’attribution des émotions sur le rendement du travail, le travail d’équipe, les négociations, la prise de décision et le leadership.

 

D’où vient l’objet de cet article, qui tente de répondre à la problématique suivante : dans quelle mesure l’intelligence émotionnelle permet de prédire la performance au travail ?

 

Tout en se basant sur les résultats des recherches existantes dans la revue de littérature et s’intéressant aux liens entre intelligence émotionnelle et performance au travail. Multitude de ces recherches montrent que l'intelligence émotionnelle agit positivement sur la performance au travail et que les employés ayant de fortes compétences émotionnelles disposent d’une certaine efficacité au niveau de la performance au travail.


Mots-clés


Emotions ; Intelligence émotionnelle – Compétences émotionnelles ; Performance au travail

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48374/IMIST.PRSM/ame-v3i4.28932

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.