La divulgation volontaire d’informations sur le capital humain : Cas des sociétés marocaines cotées

Fatima LAKHSSOUMI

Résumé


Dans une économie de plus en plus tributaire de l’innovation, de la connaissance et du savoir, les entreprises prennent progressivement conscience d’une nouvelle dimension qu’elles ne pouvaient plus mettre de côté : leur capital humain (ci-après CH). Toutefois, l’ambigüité et la non-contrôlabilité de ce capital rendent sa reconnaissance comptable une question délicate et un débat loin d’être clôturé. Ainsi, dans ce contexte, lorsqu’il s’agit de valoriser et apprécier le CH, la mise en place d’une stratégie de divulgation volontaire en constitue la preuve tangible.

 

La plupart des études antérieures sur la divulgation d’informations sur le CH ont été menées dans le contexte des pays développés. Il existe, en effet, très peu de travaux empiriques menés dans le contexte des économies émergentes en général et du Maroc en particulier. Ainsi, l’objectif principal de cette étude est d'examiner l'étendue et la nature des informations divulguées volontairement sur le CH par un échantillon de 36 sociétés marocaines cotées à la bourse de Casablanca. La présente étude fait appel à la méthode d'analyse du contenu pour examiner les caractéristiques des informations divulguées sur le CH au cours de la période étudiée (exercice 2018).

 

Dans l'ensemble, les résultats montrent une très faible étendue de la divulgation d’informations sur le CH.  De même, nous constatons que les entreprises marocaines divulguent plus d'informations notamment sur des items tels que la description des programmes de formation, santé et sécurité au travail et les systèmes d’incitation.

Mots-clés


Capital humain; divulgation volontaire; analyse de contenu; sociétés marocaines cotées

Texte intégral :

PDF


DOI: https://doi.org/10.48374/IMIST.PRSM/ame-v2i2.20806

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.