Conflits fonciers autour d’anciens sites de villages déplacés de Béoumi accaparement de terre ou faiblesse de la politique foncière post-AVB ?

Kouadio Raphaël OURA

Abstract


En Côte d’Ivoire post-coloniale, de nombreux projets de développement ont été mis en place dans le cadre de l’aménagement du territoire, dont l’Autorité pour l’Aménagement de la Vallée du Bandama (AVB). Il a contribué à l’augmentation de la production énergétique nationale et au développement de la pêche. Mais, ce projet de grande envergure a contraint les villages riverains à un déplacement forcé. Les populations ont reçu en retour la construction d’habitats modernes et des lopins de terre négociés auprès de villages d’accueil. Aujourd’hui, plus de cinquante ans après, la pression foncière est devenue forte sur les terres d’accueil alors que de vastes portions ont été épargnées de l’extension du fleuve. On assiste alors à un retour progressif des déplacés sur ces anciens sites de leurs ancêtres. Dans le département de Béoumi, le retour de ceux de Niambrun, d’Assakra et de Yobouêzoué est rendu difficile par la présence d’une élite urbaine, qui occupe un domaine de plus de 2500 ha. Cette occupation, considérée par les populations comme un accaparement, date pourtant des années 1980 et dont l’immatriculation foncière est entravée par des interdictions de l’État et l’opposition des populations.  Que dit l’État à propos de ces terres supposées vacantes et considérées comme des espaces non propices à l’installation humaine au moment du déplacement ?

L’objectif de ce papier est donc d’analyser les conflits entre acteurs en lien avec la politique foncière de l’État autour du déplacement des années 1970. L’étude, qui repose sur une enquête par guide d’entretien auprès d’autorités administratives, de l’élite urbaine, de chefs de villages et de focus groups dans les trois villages, révèle en effet des faiblesses dans la politique foncière de l’État  depuis le projet AVB jusqu’à ce jour.  


Keywords


Projet AVB 1, Déplacement forcé 2, Accaparement de terre 3, Tension foncière 4, Béoumi 5, Côte d’Ivoire 6

References


Adou, B. C. ; N’Guessan K. F. & Agouale Y. J. (2017). Projet AVB et émergence des problèmes fonciers dans la presqu’île de Sakassou, In Germivoire, 7, ISSN 2411-6750.

Amanor, K. (2005). Jeunes, migrants et marchandisation de l'agriculture au Ghana. Afrique contemporaine, (2), pp. 85-101.

Bernard, J. (2007). Les théories de la sécurité environnementale : regard critique sur un concept ambigu. Mémoire de maîtrise. Université du Québec à Montréal, 2007. www.archipel.uqam.ca

Chaléard, J. & Mesclier, É. (2010). Introduction. Question foncière et dynamiques territoriales dans les pays du sud : nouveaux liens, nouvelles approches. In Annales de géographie, 676, 587-596. https://doi.org/10.3917/ag.676.0587

Fernandez-Fernandez, E. (2013). L’accaparement des terres au Costa Rica: le cas des entreprises productrices d’ananas, HAL.

Heminthavong K. & Lavoie A. (2015). L'accaparement des terres agricoles au Canada. In Bibliothèque du Parlement, (2014-101-F).

Homer-Dixon, Th. F. (1999). Environment, Scarcity and Violence, Princeton: Princeton

University Press.

Konan, S. ; Desgranges M. ; Sikiru A. ; Giffona J. & D’ERAMO C. (2015). Le phénomène de l’accaparement de terres, In Agro campus.

Koné, G. ; Ba, M. O., & Akindès, F. (2017). L’autochtonie, la terre et les jeunes à Sassandra (Ouest-Côte d’Ivoire). In Politique africaine, (4), pp. 69-88.

Lassailly-Jacob, V. (1986). Un exemple éphémère de planification du développement: l'AVB en Côte d'Ivoire centrale (1969-1980). In Cahiers d'études africaines, 26(103), pp. 333-348.

LE STER, M. (2011). Les liens entre conflits et environnement. In Les Cahiers d’Outre-Mer [En ligne], 255 | Juillet-Septembre 2011, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 14 mai 2017. URL :

http://com.revues.org/6339.

Mudinga, E. M. (2021). L’accaparement des terres dans la province du Sud-Kivu: expériences paysannes, In Angaza Institute.

Prowizur, E. (1976). Les effets humains du barrage Kossou sur le Bandama blanc (Rép. Côte d'Ivoire). In Civilisations, 23(3/4), pp. 232-258.

Mahamadou Zongo, & Paul Mathieu. (2000). Transactions foncières marchandes dans l'ouest du Burkina Faso: vulnérabilité, conflits, sécurisation, insécurisation. Bulletin de l'APAD, (19).

Oura, K. R. (2020). Urbanisation, enjeux fonciers et fragilisation de la cohésion sociale dans le périurbain de Bouaké. In Revue Espace Géographique et Société Marocaine, n°41/42.

Oura, K. R. ; Kouassi, K. S. & Koffi, S. Y. (2019). Déplacement Involontaire De Populations Et Conflits Fonciers A Ayaou-Sokpa (Sous-Prefecture D’ayaou- Sran, Centre De La Cote d’Ivoire). In Européan Scientific journal, ESJ, 15(2), 85. https://doi.org/10.19044/esj.2019.v15n2p85




DOI: https://doi.org/10.48346/IMIST.PRSM/ajlp-gs.v5i3.31668