La gouvernance foncière dans un contexte de pluralisme juridique chez les autochtones Aka en Centrafrique

Landry KEVIS KOSSI

Abstract


Dans le massif  forestier du Sud-ouest de la République Centrafricaine, la terre  représente,  une  richesse inaliénable pour les peuples autochtones Aka. C’est de la terre,  que les Aka communément appelés pygmées,  tirent l’essentiel  de leurs  subsistances. Raison pour laquelle, les ressources foncières  ont fait l’objet d’attention particulière de ces  premiers occupants   du terroir, qui les ont régies par des normes juridico traditionnelles. Ces règles, quoique  fondées sur l’oralité, requiert  une valeur juridique, dont l’observance s’impose à toute la communauté. L’accession à l’indépendance, a introduit d’autres modes d’accès au foncier, caractérisés par la mise en valeur des espaces dits domaniaux et appartenant à l’Etat.Il ressort de l’étude, que le multi-juridisme a bouleversé les systèmes de gestion foncière des peuples autochtones Aka, posant ainsi, un problème de gouvernance foncière, ponctuée par une dialectique perpétuelle entre le coutumier et le moderne.

Keywords


pluralité juridique, foncier, autochtones, gouvernance, République Centrafricaine

Full Text:

PDF (Français)


DOI: https://doi.org/10.48346/IMIST.PRSM/ajlp-gs.v1i3.14211