Méthodologie de l'observation de la politique publique

Abdelhadi BOUSSAS

Résumé


Que peut-il être l’intérêt de plus en plus accru à l’Evaluation des politiques publiques si ces dernières ont été mises en oeuvre et ont engagé d’énormes coûts ? Supposons que ces dernières ont été jugées « Echec » ! Réessayerons-nous de nouvelles politiques et continuerons-nous à ne faire qu’essayer en engageant les ressources de l’Etat et en épuisant ainsi incessamment les recettes ? C’est sûrement qu’il y a une précieuse portée à tirer de l’évaluation. On vient de la constitutionnaliser mais sans encore l’institutionnaliser pour une multitude d’entraves se rapportant principalement à l’ambigüité des modalités et des conditions d’exercice. La société civile a envie de participer à ces pratiques mais les articles de la constitution le lui permettant ne sont pas débloqués. Elle est la cible principale des politiques publiques et s’empresse à voir l’évaluation de celles-ci mise en oeuvre. Imaginer les sortes de collaboration avec les collectivités locales en matière de l’évaluation suppose d’attendre la prise en charge d’abord de la mission par les instances parlementaires. Pourtant, et preuve d’impatience, des citoyens se sont hâtés à s’organiser en associations et en organisations non gouvernementales s’assignant l’évaluation.
Quelle avidité !! C’est pour la satisfaire qu’une méthodologie de l’observation des politiques publiques est conçue par l’Observatoire Marocain des Politiques Publiques. La méthodologie proposée a été conçue de façon à aboutir à un projet d’observation à même de qualifier les associations et la société civile à une meilleure participation dans les pratiques de l’EPP dévolue au Parlement et à une collaboration avec les collectivités locales la plus bénéfique possible. C’est un entraînement préparatoire à la correcte explication des résultats, à la juste définition des effets propres à chaque politique et action publiques, au suivi de celles-ci dès leurs premières phases de conception en projet et à refléter un esprit méthodique dans l’élaboration des recommandations basées sur d’utiles analyses. L’amélioration de la formulation des politiques publiques en mettant à disposition des protagonistes publiques et politiques une plateforme d’informations aidant à la prise de décision constitue l’objectif principale de cette démarche qui vise à permettre aux acteurs civils, aux chercheurs des centres d’études et à toutes les organisations d’être de vrais acteurs de changement. Les conclusions vont pouvoir confirmer les points d’avantage et la réussite, partielle ou totale, de chacune des interventions publiques soumises à l’observation analytique comme elles alerteront sur les conséquences non souhaitées, les effets non maîtrisés, les limites et les menaces nés de ces interventions.

De nombreuses limites qui auraient terni la pertinence de l’observation ont été énumérées et traitées. La subjectivité, l’observation étroite, la nature semestrielle de rapports, la mauvaise systématisation et certains autres éléments sont autant de biais que nous avons résolus et dépassés dans cette méthodologie. Nous voulons faire éviter la prise de décision sur la base d’informations issues d’une analyse basée sur des liaisons putatives et sur une systématisation hypothétique des facteurs avec l’évolution des indices de l’observation.

Si des notions font défaut dans notre démarche comme « délimitation du champ de l’observation », c’est que nous parlons d’une méthodologie de l’observation des interventions publiques sur le territoire et non pas l’observation du territoire. Il ne sert à rien de se poser des questions comme « Sur quel territoire ? » ou « Pendant quelle durée ? » du moment que le changement attendu par une politique prend souvent du temps difficile à définir. Contrairement à l’impact et au changement, ce n’est que le temps de l’action et qui peut être définie.

Sans passer par un ensemble d’étapes, toute recommandation faite n’est fondée quoiqu’elle paraisse la meilleure possible. Pour ce, une analyse profonde apte à garantir la pertinence et surtout l’efficacité des propositions qu’élabore l’observateur est définie. Interpréter des chiffres est un enjeu conséquent, car un chiffre incarne derrière lui des personnes et des institutions et n’établit pas un rapport direct avec la réalité. Nous avons opté pour des exemples pour démontrer la sensibilité de l’interprétation et l’importance de sa maîtrise. L’objectif de l’étape de l’interprétation est de compléter l’analyse et de présenter les conclusions les plus utile et les plus pertinentes possibles. C’est l’opération critique qui justifie toute recommandation proposée.


Mots-clés


Evaluation des Politiques Publiques ; Observation des Politiques Publiques ; Biais de l’Observation des Politiques Publiques ; Comparaison, Analyse & Interprétation ; Production des connaissances.

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




ISSN : 2489-1290

Contacter l'éditeur de la revue

Tout travail, soumis, soupçonné de piratage ou de plagiat engage entièrement son auteur soumissionnaire.