Le marketing politique à l’épreuve des faits : une analyse empirique de la situation du Sénégal

Boubacar BASSE

Résumé


La dimension concurrentielle du champ politique oblige les partis à mettre en oeuvre des techniques
de marketing leur permettant de se faire connaitre et d’être préférés par les électeurs. De ce fait, ils
se doivent de trouver des points de différenciation articulés autour des 4 « P » du marketing mix
politique, à savoir :

- le programme politique ainsi que la personnalité du candidat
- Le vote c'est-à-dire l’adhésion de l’électorat
- Les lieux visités par les représentants et les personnalités du parti ;
- Enfin les campagnes média et hors média.


Appliqués au Sénégal, les éléments constitutifs du marketing mix politique connaissent des
fortunes diverses. Si le prix (vote) et la distribution (visites des différentes zones géographiques)
demeurent acceptables au-delà même du contexte national, il n’en est pas de même des Hommes
politiques qui sont visés par un rejet populaire quasi récurrent. Dès lors, la question du reflet de
l’électorat et surtout ses attentes du point de vue des convictions et de l’idéologie véhiculées par
les Hommes politiques est loin d’être réglée. Il en va de même de la Promotion qui reste focalisée
sur le feu de l’actualité au lieu d’engager des débats de fond sur la faisabilité des programmes
politiques proposés par les différents candidats



Mots-clés


marketing mix politique –parti politique – citoyen électeur – communication - programme

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.