Impôts et pauvreté au Maroc : considérations critiques

NOUR EDINE QACH

Résumé


Il s’agit de traiter d’un problème prioritaire qu’est l’inégalité fiscale au Maroc. Est-ce que l’impôt concourt à réaliser une plus grande équité fiscale, ou est-ce qu’il concourt à reproduire l’inverse ?
C’est un problème qu’on peut étudier à travers les différentes structures de l’impôt direct et indirect. Est-ce qu’une meilleure maîtrise de la gestion de l’impôt permet le développement ?
Comment insérer l’outil fiscal dans le développement de thérapies ?
Est-ce qu’on a suffisamment réfléchi dans ce sens, c'est-à-dire la mise en œuvre de thérapies ?
Le système fiscal est complexe, de plus en plus ardu. Les marocains n’acceptent plus le dés- équilibre de l’impôt. Il y a donc, un grand problème qui n’est pas seulement financier, qui devient un problème de structure socio-économique.
L’idée en fin de compte est que loin d’atténuer les disparités dans les revenus, l’impôt au Maroc reproduit les inégalités et la démonstration à laquelle s’attèle notre essai, en est assise sur les contradictions des impôts nationaux majeurs, savoir, La T.V.A., l’I.S. et l’I.R.

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




ISSN : 2605-6488

Tout travail, soumis, soupçonné de piratage ou de plagiat engage entièrement son auteur soumissionnaire