Vers une meilleure gouvernance du système éducatif marocain. L’instauration du contrôle de gestion dans un établissement du secteur public au Maroc -Cas d’une Académie Régionale d’Education et de Formation–

Meriam DEKRI

Résumé


Le système éducatif marocain constitue un grand chantier de réforme et la deuxième priorité nationale après l’intégrité territoriale. Les rapports du conseil national de l’enseignement et de la recherche scientifique ainsi que ceux de la banque mondiale ont mis l’accent sur l’importance d’introduire la notion de performance dans le secteur. Les discours royaux aussi n’ont guère omis l’importance de détecter les défaillances du secteur et d’évaluer les réalisations accomplies.
En effet, les établissements publics marocains se voient dans la nécessité d’adapter des modes de gestion en mesure d’améliorer leurs réalisations et leur permettre de rechercher la performance au niveau du service public tel qu’il est le cas au niveau du secteur privé.
L’article se propose de répondre à la problématique : Comment mettre en place un système de contrôle de gestion adapté aux particularités d’un établissement public opérant dans le secteur éducatif ?
La complexité et les particularités du système éducatif marocain sont à prendre en considération d’où l’hypothèse d’élargir le triangle de gestion à travers ces trois composantes –Objectifs, moyens, résultats- s’impose. L’instauration de la notion de gouvernance et de performance au sein des établissements marocains devient une priorité gouvernementale.
Le triangle de contrôle de gestion se présente comme insuffisant pour répondre aux spécificités du système éducatif, la théorie stipulant l’ajout d’un autre élémentdans la chaine à savoir : le public apparaît assez important. Ce paramètre permettra de prendre enconsidération les attentes des usagers.


Mots-clés


Etablissement public- performance-contrôle de gestion - système éducatif

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.