LA DYNAMIQUE DE LONG TERME DU TAUX DE CHANGE EFFECTIF REEL D’EQUILIBRE : CAS DU MAROC

brahim ZAHOUR, Lahoucine RACHIDI

Résumé


Dans un univers de plus en plus ouvert sur l’extérieure, étant un outil de compétitivité internationale et un moyen de régulation monétaire, le taux de change requiert de plus en plus d’importance dans la politique économique du pays.

Ce travail de recherche vise à comprendre  tout d’abord les déterminants du taux de change réel d’équilibre au Maroc sur la période 1980-2015,d’estimer empiriquement ses dynamiques de court et de long terme tout en se situant par la suite dans le régime permanent à savoir la dynamique de long terme du taux de change effectif réel d’équilibre et de juger l’efficacité de la politique de change au Maroc  en déterminant les périodes où le taux de change effectif réel était surévalué.

L’approche utilisée dans ce papier est celle du BEER (behavioural  Equilibrium Exchange Rate).En se référant à la méthode de cointégration et le modèle Vectoriel à Correction d’Erreur (VECM), nos résultats confirment que la dynamique de long terme du taux de change effectif réel d’équilibre est déterminée par les termes de l’échange externe, le taux d’ouverture, les investissements intérieurs, et les avoirs étrangers nets .L’étude du degré des mésalignements du dirham sur la période 1980-2015, nous a fait ressortir des phase de surévaluation (1980-1983,2009-2010) et des phase de sous-évaluation (1985-1993) et une phase  (2011-2015),où le taux de change effectif réel était proche de son niveau d’équilibre, cette dernière phase constitue un signal positif pour les autorités monétaires marocaines qui souvent revendiquent une continuité dans la  transition vers un régime de change plus flexible.

 


Mots-clés


Mots clefs : Taux de change réel d’équilibre, , modèle vectoriel à correction d’erreur, mésalignements.

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.




ISSN: 2489-2068

Les articles soupçonnés de plagiat ou de piratage engagent spécialement et uniquement les auteurs soumissionnaires.