Finance participative: L’impact économique de la finance Islamique

Mohammed MERZAQ

Résumé


Cet article mis en évidence une réflexion de l’approche spirituelle à une approche matérielle en matière de consommation, production, marché et développement. Voir aussi la manière de répartition de richesse et de profit. La finance islamique porte sur le financement d’activités réelles, génératrices de revenus et se présente comme un instrument efficace de lutte contre la pauvreté. À la différence de la finance classique, le système financier islamique interdit le taux d’intérêt sur les prêts et sur les placements d’argent considérés comme une usure, «Riba», c’est-à-dire un gain illicite, ainsi que la lutte contre la thésaurisation et l’aléa. Le principe fondateur étant le partage des bénéfices commerciaux et des pertes éventuelles, dans un environnement d’esprit productif et de solidarité sociale, en respectant les fondements apportés par la Chari ’a.

 

 Production - Consommation - marché - distribution - Zakat - association -spéculation …

 

 


Mots-clés


Production - Consommation - marché - distribution - Zakat - association -spéculation …

Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.