L’IMPACT DU CAPITAL SOCIAL INTERNE DES SOCIÉTÉS COOPÉRATIVES SUR LEUR CAPACITÉ D’INNOVATION

NOUREDDINE AÏT ERRAYS

Résumé


À l'aide d'un échantillon de 64 sociétés coopératives et de deux répondants par entreprise, composée d'un membre adhérent et d'un membre non adhérent, nous avons examiné les effets du capital social interne sur capacité d’innovation de ces entreprises. En et se référant à la théorie du capital social, et en adoptant une vision relationnelle, cognitive et structurelle, nous avons proposé que les relations internes entre les membres adhérents à la coopérative (capital social des adhérents) et entre les membres non adhérents (capital social des non adhérents) dans les entreprises coopératives influencent positivement leur « capacité d’innovation ». Les résultats de notre investigation mettent en évidence l’effet direct et positif du capital social des membres adhérents et celui des non-adhérents sur la capacité d'innovation des firmes coopératives. En outre, nos résultats fournissent des preuves que le capital social des non adhérents est aussi efficace que le capital social des adhérents pour le développement et la réussite de l'innovation, établissant une nouvelle ligne de recherche dans une perspective empirique. Les résultats constituent une preuve empirique que les facteurs sociaux sont des atouts clés de réussite de l'innovation dans les coopératives

Mots-clés


Coopératives, capital social interne, membres adhérents, membres non-adhérents, capacité d’innovation

Texte intégral :

PDF