L’ACTIONNARIAT SALARIE ET LE COUT D’OPPORTUNITE DES PRETEURS DE FONDS: UNE ETUDE EMPIRIQUE DANS LE CONTEXTE DES ENTREPRISES FRANÇAISES DU SBF250

SARA ELOUADI

Résumé


En considérant la confiance comme un mécanisme universel de gouvernance inhérent à toute coopération. Notre travail propose d’investir une nouvelle facette de l’actionnariat salarié. En effet, la participation des salariés au capital de leurs entreprises, par la confiance qu’elle induit, est susceptible de limiter l’incertitude et la méfiance des apporteurs de ressources. Pour tester cette relation, nous avons mené deux études empiriques. La première consiste à étudier les ratios de structure et de liquidité des entreprises du SBF 250,sur un échantillon longitudinal de 2001à 2009.La seconde étude propose une comparaison sur un échantillon transversal apparié, portant sur le score d’Altman de19 paires d’entreprises.

Mots-clés


actionnariat salarié, coût d’opportunité, confiance, score d’Altman.

Texte intégral :

PDF