"Tekki" ou le mirage de la réussite chez les jeunes de Casamance.

Abdoulaye NGOM

Résumé


Depuis quelques années, les enclaves de Ceuta et Melilla du côté du Maroc et l’île de Lampedusa en Italie sont prises d’assaut par des milliers de candidats à la migration entassés dans des "cayucos" et voyageant dans des conditions qui laissent peu à désirer, animés par une envie folle d’atteindre le continent européen. Au Sénégal le phénomène dénommé "barça wala barzakh" (Barcelone ou le purgatoire), synonyme de la très grande détermination des candidats à la migration, a pris des proportions inquiétantes ces dernières années notamment, en Casamance où le contexte de pauvreté ambiante et la persistance du chômage font que les perspectives de réussite des jeunes s’amenuisent de jour en jour. La migration par la route de la mer est ainsi perçue par de nombreux jeunes comme la seule alternative et l’unique voie de la réussite.

 

Abstract : Since a few years, the enclaves of Ceuta and Melilla on the side of Morocco and Lampedusa Island in Italy are assaulted by thousands of candidates for the migration piled up in "cayucos" and travelling in conditions which little leave something to be desired, livened up by a strong urge to affect the European continent. In Senegal the called phenomenon " barça wala barzakh " (Barcelona or the purgatory), synonym for the very big determination of the candidates for the migration, took disturbing proportions these last years in particular in Casamance where the context of ambient poverty and the obstinacy of the unemployment make that the perspectives of success of the young people diminish from day to day. The migration by the road of the sea is so collected by numerous young people as the only alternative.


Texte intégral :

PDF

Renvois

  • Il n'y a présentement aucun renvoi.