Tumeurs malignes du limbe : Aspects cliniques et thérapeutiques

N. Salam, M. El Belhadji, L. Boutaqbout, I. El Abidi, A. Mchachi, L. Benhmidoune, A. Amraoui

Résumé


Introduction : Les tumeurs malignes du limbe sont des tumeurs conjonctivales au pronostic grave quand une prise en charge adéquate n’est pas effectuée à temps. Le but de notre travail est de rapporter le profil épidémiologique, clinique et thérapeutique des tumeurs conjonctivales malignes à localisation limbique dans notre contexte en comparaison avec la littérature.
Patients et méthodes : C’est une une étude rétrospective durant une période de 8 ans (Janvier 2008 - Janvier 2016), incluant tous les patients hospitalisés, suivis ou traités pour une tumeur maligne du limbe confirmée par l’étude anatomo-pathologique. Les aspects cliniques, le type histologique ainsi que la démarche thérapeutique ont été recueillis après exploitation des dossiers des malades.
Résultats : Nous avons recensé 31 cas de tumeurs malignes à localisation limbique. La moyenne d’âge était de 44 ans avec des extrêmes allant de 37ans à 70 ans, et une prédominance masculine(70%). 60% de nos patients étaient d’origine rurale avec exposition solaire régulière. Le délai moyen de consultation était de 24 mois. La taille tumorale a varié entre 8 et 60 mm avec une moyenne de 14 mm. Les aspects anatomo-cliniques étaient dominés par la forme nodulaire bourgeonnante (48,3%) et la forme pigmentée (13%). L’examen anatomopathologique a objectivé un carcinome épidermoïde invasif dans 25 cas(80,6%), un mélanome dans 4 cas (12,9%) et 2 cas de carcinome in situ (6,45 %). Tous les patients ont bénéficié d’un traitement chirurgical, complété par un traitement adjuvant en fonction du bilan d’extension général et locorégional. La durée moyenne du suivi était de 2 ans. L’évolution était favorable chez 26 patients (83,8%). 2 patients (6.4%) ont présenté une récidive avec une extension oculo-orbitaire ayant nécessité une exentération dont un patient a présenté une récidive sur exentération avec métastase locorégionale et à distance. 2 autres patients ont été perdus de vue (6,4%).
Discussion : Les tumeurs malignes du limbe sont relativement fréquentes. L’exposition solaire et le virus de l’HPV peuvent jouer le rôle d’inducteur. Ces tumeurs posent un problème de diagnostic des lésions pré-cancéreuses ou cancéreuses. Le pronostic vital peut être mis en jeu en cas de lésion maligne, en particulier dans le cadre des mélanomes. L’exérèse chirurgicale complète est impérative avec analyse histopathologique. Un traitement complémentaire peut être décidé en fonction de la nature et de l’extension de la tumeur. L’avènement de la protonthérapie et de la curiethérapie ainsi que la chimiothérapie topique en collyre semble avoir des résultats prometteurs.
Conclusion : La prise en charge des tumeurs malignes du limbe passe d’abord par la prévention des facteurs de risque notamment l’exposition solaire, la consultation précoce par la sensibilisation de la population et par la prise en charge précoce des lésions précancéreuses.

Mots-clés


tumeurs malignes du limbe, néoplasies épithéliales, mélanome du limbe, Mitomycine C, protonthérapie

Texte intégral :

PDF