COMPLICATIONS DES PRODUITS DE TAMPONNEMENT INTERNE DANS LA CHIRURGIE DU SEGMENT POSTÉRIEUR

M Bouazza, S Cherkaoui, A Mchachi, L Benhmidoune, R Rachid, A Amraoui

Résumé


Introduction : Actuellement, les produits de tamponnement interne sont largement utilisés dans la chirurgie vitréorétinienne.
Le but de cette étude est de déterminer l’incidence des différentes complications oculaires relatives à l’utilisation de ces produits ainsi que leur prise en charge.
Patients et méthodes : Etude rétrospective descriptive non comparative d’une série de cas consécutifs colligés sur une période de 24 mois entre janvier 2012 et décembre 2013. Nous avons inclus 208 patients (208 yeux) opérés de vitrectomie associée à un tamponnement interne. La perfluorodecaline a été utilisée uniquement en peropératoire et retirée en fin d’intervention par un échange perfluorodecaline/fluide (BSS) ou perfluorodecaline/air. Un tamponnement interne postopératoire par gaz (SF6, C2F6, C3F8) ou par huile de silicone (1300 cSt ou 5700 cSt) a été réalisé par la suite.
Résultats : Les complications des tamponnements internes ont été retrouvées dans 62% des cas. La cataracte, complication la plus fréquente, était retrouvée dans 35,1% des cas, suivie de l’hypertonie oculaire dans 16,3% des cas et du passage de l’huile de silicone dans la chambre antérieure dans 12% des cas. Les décompensations endothéliales ont été notées dans 4,8% des cas malgré le lavage de la chambre antérieure. L’utilisation du gaz C3F8 à 14% et de l’huile de silicone 1300 cSt était associée à une hypertonie oculaire dans 35,5% et 10,9% des cas respectivement et à une cataracte dans 37,1% et 45,4% des cas respectivement.
Discussion : La cataracte est la complication la plus fréquente de la vitrectomie et du tamponnement interne. Son incidence varie de 40% à 100% selon les séries. La phacoémulsification après vitrectomie associée ou non à un tamponnement interne s’avère plus délicate et comporte plusieurs difficultés techniques. L’hypertonie oculaire secondaire aux produits de tamponnement interne est jugulée le plus souvent par un traitement médical.
Conclusion : Les produits de tamponnement interne ont amélioré les résultats anatomiques et fonctionnels de la chirurgie vitréorétinienne, toutefois les complications relatives à leur utilisation sont très fréquentes comme la cataracte qui nécessite une prise en charge particulière. Le suivi postopératoire doit être rigoureux et prolongé afin de minimiser les risques de séquelles graves comme les décompensations endothéliales.

Mots-clés


tamponnement interne, perfluorocarbone liquide, gaz, huile de silicone, complications, cataracte.

Texte intégral :

PDF