Cataracte et dystrophie de Fuchs : Conduite à tenir dans l’état actuel des connaissances

A. Chakib, K. Nayme, O. Fellahi, MF Benjelloune, A. Gallala, L. Benhmidoune, A. Mchachi, R. Rachid, A. Amraoui

Résumé


La dystrophie de Fuchs (cornea guttata) est une pathologie primitive et progressive de l’endothélium cornéen. Il s’agit d’une pathologie ubiquitaire. Le diagnostic est posé en biomicroscopie devant l’aspect d’excroissances pathologiques de la membrane de Descemét (cornea guttata). Habituellement elle évolue en passant par des stades de cornea guttata, puis d’oedème cornéen, suivi de dystrophie bulleuse et enfin de néovascularisation et d’opacification cornéenne. L’objectif de l’évaluation préopératoire, avant la chirurgie de cataracte en présence de la dystrophie de Fuchs, est de guider le choix de la décision chirurgicale afin d’optimiser le résultat chirurgical, que ce soit une chirurgie de cataracte isolée ou une chirurgie combinée avec kératoplastie transfixiante ou endothéliale. Ainsi, l’ophtalmologiste doit faire la part entre la baisse d’acuité visuelle liée à la dystrophie de Fuchs et celle liée à la cataracte, et apprécier la capacité de l’endothélium à supporter le stress chirurgical. La greffe de cornée peut être proposée d’emblée, associée à la phacoémulsification. Actuellement, la greffe endothéliale est devenue l’intervention de référence, permettant d’éviter les écueils de la greffe transfixiante.

Mots-clés


chirurgie de cataracte, dystrophie de Fuchs, kératoplastie endothéliale, kératoplastie transfixiante.

Texte intégral :

PDF