Pseudomonas aeruginosa : Epidémiologie et état actuel des résistances Etude retrospective sur trois ans

Mohammed Frikh, A. Maleb, I. Nyaledome Ablavi, M. Elouennass, A. Lemouer

Résumé


Objectifs : Ce travail a pour objectif, l’étude de l’épidémiologie locale des infections à P.aeruginosa, ainsi que  l’état actuel de sa résistance aux antibiotiques.

Matériel et méthodes : C’est une étude rétrospective, descriptive, qui s’étalait sur 3ans (Avril 2012- Mars 2015), portant sur les isolats de P.aeruginosa colligés au niveau du laboratoire de bactériologie de l’H.M.I.M.V à Rabat.

Résultats : Au total, 9868 bactéries ont été isolées durant la période d’étude, dont 730 P.aeruginosa (7,40%). les services sont représentés essentiellement par  la réanimation-soins intensifs  et les services de brulés (31,1%). Ces souches provenaient principalement des pus (27,1%) suivis des prélèvements broncho-pulmonaires (24,5%) et des urines (17 ,9%). Ces trois sites ont fourni 69,5% des isolats.

Les molécules les plus actives étaient la ceftazidime 82%, le pipéracilline+ tazobactam 75,8%, l’imipénème 73,8%, céfepime 68,6%. La sensibilité aux aminosides était respectivement amikacine 80,8%, tobramycine 78,9%, gentamicine 70,5%. Celui de la ciprofloxacine est de 78,9%. Aucune souche n’était résistante à la colistine.

La prévalence des isolats multi-résistants était de 8,4% enregistrée essentiellement en réanimation et dans le service des brulés.

Conclusion : le taux de P.aeruginosa constitue toujours un problème de santé publique essentiellement au niveau des services de réanimation et de soins intensifs, vu sa fréquence et ses taux de résistances assez élevé, ainsi des mesures d’hygiènes associées à une optimisation de l’antibiothérapie sont nécessaires pour stopper sinon réduire l’évolution des taux de résistances.


Mots-clés


Antibiotiques ; Multirésistance ; Infection nosocomiale ; Pseudomonas aeruginosa

Texte intégral :

PDF