Complications aigües de la drépanocytose aiguës

Bernard Chetcha Cehemegni

Résumé


Au total, 75 malades ont participé à notre étude et représentaient 57% des admissions du service. La tranche d’âge la plus représentée se situant entre 15 à 24 ans soit 60% des effectifs.

Le motif de consultation le plus fréquent était la douleur 81% (61), avec comme principal facteur déclenchant la fièvre 57% (35). Les complications ischémiques étaient les plus rencontrées 81% (61), ensuite venaient les infectieuses 37% (28) enfin anémiques 34% (26).

Ces complications étaient associées chez 30% de nos malades. La Numération Formule Sanguine était réalisée chez tous les malades. L’évolution sous traitement était très lente mais favorable néanmoins, avec une durée d’hospitalisation allant de 3 à 16 jours ; le palier antalgique n’était pas changé en fonction de l’évolution de l’intensité de la douleur.

L’antibiotique le plus administré était la ceftriaxone 65% (20). La transfusion sanguine a été réalisée chez 53% (40). Parmi nos participants, 72% (54) n’était pas suivi contre 28% (21) régulièrement suivi.

Cette étude souligne la nécessité d’établir les protocoles harmonisés afin d’optimiser les conditions de prise en charge des nombreux drépanocytaires homozygote trop souvent affectés.


Mots-clés


complications aigues, drépanocytose homozygote, prise en charge, suivi régulier

Texte intégral :

PDF