Cahiers d’Études sur la Représentation

http://revues.imist.ma/public/site/images/sara/cer_470
Cahiers d’Études sur la Représentation est une revue où des réflexionssur le langage, l’art et la littérature tentent d’analyser différents imaginaires culturels afin de contribuer à mettre en évidence les mécanismes qui décident de l’évolution des représentations sociales. C’est dans ce sens que la revue est ouverte à d’autres branches des sciences humaines et sociales comme la psychologie, l’histoire, la géographie, l’anthropologie, etc. La revue est éditée par des enseignants chercheurs, des acteurs sociaux et des jeunes chercheurs issus d’horizons variés susceptibles d’approfondir la lecture du rapport de l’homme à lui-même et au monde.

 

Appel à contribution

Déjà en 1951 Henri Agel avait posé les jalons d’une analyse quant au rapport qu’entretiennent le cinéma et le sacré, et pourquoi pas le sacré et le cinéma. L’ordre du syntagme est problématique en soi. Le ton est donné.
De sa septième position dans le podium des arts, le cinéma, et ce depuis sa naissance, va ravir à ses prédécesseurs, surtout la peinture et la sculpture, cette relation privilégiée qu’ils avaient avec le religieux et le sacré. Si les deux figeaient un événement ou un épisode religieux, le film par contre, va le vivifier en le donnant à voir, à écouter, à apprécier, à déprécier… Lister tous les effets est une rude tâche. Ceci est du côté du religieux. Du côté de l’artistique, le film exige un travail sur le technique, sur l’ordre de l’art parce qu’« avant d'être religieux, un film, parce que film, doit d'abord être valable sur le plan esthétique. »
Face à cette relation qui unit le cinéma et le sacré, des questions légitimes se lèvent : comment un art qui relève du domaine du profane a-t-il approché le sacré dans le sens le plus large ? Cette approche a-t-elle une raison d’être, une légitimité ? Qu’apporte le cinéma au sacré quand il l’aborde, le met en scène, l’insinue… ? Quels sont les risques qu’encourent cet art et ses adeptes lors du traitement de telles thématiques ? Y a-t-il des limites à tracer, à respecter ou à ne pas franchir vu la spécificité de ce sujet ? L’art cinématographique reste-il fidèle à lui-même en tentant de conquérir ces zones ?
Les contributions tourneront autour de cette thématique en se guidant par les axes suivants donnés à titre indicatif et non exhaustif :

-L’esthétisation du religieux ;
-Islam et cinéma
-Cinéma et miracle
-Cinéma et surnaturel (à caractère sacré)
-Cinéma et profanation du sacré
-Cinéma, sacré, censure et auto-censure
-Islam et représentation du sacré…

Sorti prévu du numéro 1 : décembre 2016.

Les contributions sont à envoyer à : o.azeroual@uca.ma

 


Vol. 1, No 2 (2017)

Sommaire

Articles

Table des matières- N2
CER ADMIN
PDF
La genèse romanesque de l’autofiction
Guillaume Chabat
PDF
L’autofiction, le non-lieu d’un genre
Youssef Jabri
PDF
L’autofiction : un détour nouveau de la littérature
Sallem Elazzouzi
PDF
La filiation autofictive entre Serge Doubrovsky et Catherine Cusset
Annie Jouan-Westlund
PDF
L'autofiction entre deux mondes : le cas de Nulle part dans la maison de mon père d'Assia Djebar
Sarra Rouabhia
PDF
Connivence et opposition entre l’autobiographique et le fictionnel au service de la création littéraire. Le Fond de la jarre d’Abdellatif Laabi comme exemple
Abdelaadim Tahiri
PDF
L’autofiction d’Hector Bianciotti : un double processus de transposition
Marinela-Teodora Achim
PDF
L’autofiction maghrébine et la représentation de la violence sociale par le délire
Mohammed El Fakkoussi
PDF
Le "Mentir-vrai" ou quand le « je » est déguisé en « il ». Le cas de Sébastien Roch d’Octave Mirbeau
Adil Fathi
PDF
COUV- CER- N2
CER ADMIN